Une question ? Besoin d'aide pour choisir une taille ? Un modèle ? Une question sur votre commande ?

Un avis à nous partager ?

Une rubrique Foire aux questions est à votre disposition.

Vous n'avez pas trouvé votre réponse. Laissez nous votre message, nous faisons tout notre possible pour répondre dans les meilleurs délais. Nous sommes toujours à votre écoute, alors n'hésitez pas !

call Par téléphone

Tél : +33 (0)5 59 26 12 22

du lundi au jeudi : 8h00-12h30

et 13h00-17h00 et vendredi 8h00-12h30

local_post_office Par email

serviceclients@64.eu

Vagues à hauteur de mât sur la plage des Alcyons

64 aime

Dimanche 7 février, les coefficients de vent atteignaient des records : 100 km/h, force 7… De quoi exciter Patrick M. qui retrouve ses amis sur la plage des Alcyons (Guéthary) pour une session tonique. 

 

A 10h la petite équipe est en route alors que la marée monte. Le vent est annoncé Sud Ouest/Ouest, tout semble réuni pour une session parfaite. 

 

Mais le windsurf cʼest aussi ça : mettre les planches, les voiles et tout le matos dans la voiture pour arriver dans la déception… Un schéma typique. Le vent tombe et le groupe de windsurfers se disperse, lʼun part à Lafitenia avec son Kitesurf, alors que Patrick reste suspendu au spot, à scruter lʼhorizon. Son expérience le guide, le windsurf est un sport de passionnés qui savent être patients. Le jeune quinquagénaire ne fera pas le choix de la facilité et ne touchera pas son kite, même si la marée monte et quʼil y aura rapidement trop de fond pour prendre le large. Seule la nature décidera de la suite, Patrick ne bouge pas. 

 

Après vingt minutes, trente minutes dʼattente… la chance arrive. Patrick prépare sa planche et se met à lʼeau. Autant dire que lʼocéan est dʼhumeur impétueuse ce jour-là, et même si le vent sʼest fait attendre, la houle sʼénerve. Une série de sept mètres sʼapproche et met Patrick face à un challenge de taille. Il sʼélance mais sa planche est déstabilisée par les clapots et il ne parvient pas à entrer dans la vague à temps. La masse dʼeau entame sa course à grande vitesse et il nʼa pas assez de souffle pour être poussé à lʼintérieur. Les copains regardent, lʼambiance est tendue dans ces conditions pour le moins déchainées et dangereuses. 

 

Mais Patrick est un de ces windsurfers fous qui bravent lʼécume à tout vent. Et sʼil sait écouter la nature et attendre, cʼest aussi pour mieux se protéger. Il laisse donc passer la vague et sʼapprête rapidement à affronter une autre série, plus petite cette fois mais mieux formée par un vent régulier. Quatre mètres et demi dʼeau arrivent et Patrick cape pour remonter au vent. Sur le rivage les visages sʼilluminent mais lʼinquiétude se lit aussi dans leur regard dissimulé derrière les appareils photos. 

 

Patrick est visé, il ne faut pas lâcher. Il part à fond en quête de la vague et poursuit avant son éclosion, avant quʼelle ne devienne géante et incoercible dans sa chute. Il prend de la vitesse et atteint le creux de la vague qui est à son apogée. Lʼépreuve provoque lʼadmiration sur la plage. La vague se rapproche des spectateurs tandis que Patrick fait son chemin, logé dans son tube. A hauteur de mat, elle est énorme et déroule à la perfection. Lʼartiste la surfe avec précision et assure lʼaccord des mouvements, peu de choses sʼimmiscent entre lui et lʼocéan à cet instant de cohésion. Il nʼa alors plus assez dʼair et il est obligé de sʼextirper en sʼaidant de la mousse pour revenir vers le bord. 

 

Patrick aura eu raison dʼattendre. La patience est le mot dʼordre des fidèles du windsurf, des passionnés qui ont lʼaudace de surfer des vagues de cette allure.

 

 

texte : Laetitia Guilbert - crédit photo : Christophe Coiffard